News-2

Windows 11 : nouveautés, disponibilité, compatibilité, prix, préversion…

Windows 11, le successeur annoncé de Windows 10, devrait arriver sur le marché à l’automne 2021. Une version de test circule déjà sur le Net, dévoilant nombre de nouveautés avant la présentation officielle de Microsoft le 24 juin…

Depuis le début du printemps 2021, la Toile bruisse de multiples rumeurs sur Windows. Plus exactement, sur la prochaine version de Windows 10, censée arriver à l’automne. Tout s’est précipité à la mi-juin, quand Microsoft a annoncé une grande conférence de presse pour le 24 juin, en parlant d’événement et en truffant sa communication de mystérieux indices. Hélas, le suspense aura été de courte durée. Et l’effet de surprise complètement gâché. En effet, dès le 15 juin, une préversion du futur Windows a circulé sur Internet sous forme de fichier ISO, dévoilant l’essentiel de ce que Microsoft réservait à sa présentation officielle. Et à en croire les nombreux spécialistes qui l’ont installée et examinée, deux choses semblent certaines : la prochaine version du système d’exploitation s’appellera Windows 11 et profitera d’une interface graphique remodelée.

Certes, en l’absence de déclaration formelle, il est pour l’heure difficile de savoir ce que contiendra effectivement la prochaine version de Windows. Mais si l’on a pu imaginer un temps qu’il s’agissait d’une opération de buzz savamment orchestrée, il semblerait que la fuite soit bien réelle. Microsoft a publié un tweet indiquant que ce n’était « que le début » tout en déposant une plainte après de Google pour demander de supprimer les liens menant vers la fameuse copie ISO. Certains malins ont même déniché des indications sur le service iCloud d’Apple faisant explicitement référence à Windows 11…

Bref, s’il est fort probable que la version de test diffusée sur le Net ne dévoile qu’une partie seulement des nouveautés que Microsoft réserve à son futur Windows, elle permet déjà d’entrevoir l’avenir.

Lancement de Windows 11 en direct

Comme beaucoup d’autre événements actuels, la présentation officielle de Windows 11 sera diffusée en direct ce jeudi 24 juin à partir de 17 h (heure française) sur Internet. Si vous souhaitez suivre la conférence de Microsoft pour en savoir plus sur le prochain système d’exploitation des PC, vous pouvez aller sur la page Web dédiée ou sur la chaîne YouTube de Windows en suivant les liens suivants :

Regarder le lancement de Windows 11 sur le site de Microsoft

Windows 11 va-t-il remplacer Windows 10 ?

En 2015, à la sortie de Windows 10, Microsoft a clamé haut et fort qu’il s’agissait de la dernière version de Windows. Entendez par-là, la version ultime de son système d’exploitation pour PC. Il faut savoir que depuis le tout premier Windows, apparu au milieu des années 1980, l’éditeur a fait évoluer Windows à de nombreuses reprises en changeant continuellement son système de dénomination selon une logique quelque peu obscure (Windows 3.1, Windows 95, Windows 87, Windows Me, Windows 2000, Windows XP, Windows NT, Windows Vista, Windows 7, Windows 8, Windows 8.1, Windows 10). 

Avec Windows 10, Microsoft s’est inspiré du fameux Mac OS X d’Apple, qui présentait une rupture technologique avec les précédents systèmes d’exploitation pour Mac. Une inspiration qui s’est essentiellement limitée au nom et à l’interface, car malgré de nombreuses améliorations, les fondations changeaient peu, pour maintenir la compatibilité avec l’immense parc de PC installés dans le monde. Les progrès étaient néanmoins là, avec une ergonomie et une stabilité accrues, Windows 10 plantant globalement beaucoup moins que ses prédécesseurs. Pour autant, malgré de multiples mises à jour, de nombreux éléments et outils hérités des ancêtres persistent encore, perdus voire cachés dans les tréfonds du système, avec une interface et des fonctions datés d’un autre temps (panneau de configuration, gestionnaire de périphériques, etc.). 

En principe, Microsoft aurait donc du continuer à faire évoluer son système phare en conservant son nom avec des mises à jour semestrielles. Mais il semblerait que Windows 10 ait perdu un peu de son éclat originel depuis 2015, d’autant qu’en 2020, Apple a franchi un cap important en passant de macOS 10 à macOS 11. En parallèle, Microsoft travaillait depuis quelque temps à un Windows nouvelle génération, baptisé Windows 10X. Ce projet a toutefois été abandonné et il semblerait que la plupart des nouveautés apportées par Windows 10X aient été intégrées à la nouvelle version de Windows 10, en principe estampillée 21H2 et surnommée Sun Valley – encore une inspiration due à Apple, qui donne des noms de régions à ses versions de macOS depuis quelques années… 

Si l’on ignore ce qui s’est dit au quartier général de Microsoft, il semblerait que l’éditeur ait donc décidé lui aussi de frapper un grand coup en changeant la numérotation de son système pour passer à Windows 11, qui, de fait, remplacera bien Windows 10. Une façon de marquer, sur le papier, l’arrivée de changements profonds. 

 

Quand sortira la version officielle de Windows 11 ?

Microsoft n’a encore rien communiqué d’officiel concernant la sortie de son prochain système d’exploitation. Toutefois, deux indices incitent à penser que Windows 11 sortira à l’automne 2021. D’abord, c’est à cette époque qu’aurait du être la version 21H2 de Windows, la seconde mise à jour du système de 2021 (voir notre fiche pratique Windows 10 21H1 : télécharger la mise à jour de mai 2021). Ensuite, Microsoft a discrètement annoncé que le support de Windows 10 prendrait fin en octobre 2025. D’ici là, l’éditeur publiera évidemment des mises à jour pour entretenir son système. Mais il est clair que les jours et les améliorations de Windows 10 sont désormais comptés. 

S’il est impossible donc de donner une date certaine, on peut donc raisonnablement tabler sur une sortie en octobre. Réponse officielle le 24 juin, lors de la conférence de Microsoft.

Combien coûtera Windows 11 ?

Contrairement à macOS, qui est gratuit – plus exactement, fourni en standard avec les Mac vendus… –, Windows reste un système officiellement payant. Si l’on s’en tient au tarifs affichés sur la boutique en ligne de Microsoft, il faut compter 145 euros pour la version Famille et 259 euros pour la version Pro. Certes, il est possible de télécharger Windows 10 gratuitement et d’acheter pour quelques euros une clé de licence légale. Mais, surtout, l’éditeur s’est montré très généreux à l’arrivée de Windows 10 en offrant gratuitement la mise à jour aux utilisateurs de versions officielles de Windows 7 et de Windows 8.1. Et même si la période la transition gracieuse est officiellement terminée, il est toujours possible d’en profiter

Là encore, en l’absence de déclaration officielle, il est difficile de prédire la politique tarifaire de Microsoft concernant la prochaine version de Windows. Toujours est-il que les testeurs de la version de Windows 11 qui circule sur le Net ont pu l’installer et l’utiliser avec la licence d’une ancienne version. Tout laisse donc croire que Microsoft se montrera encore généreux en offrant la mise à jour lors de sa disponibilité. En clair, si vous utilisez déjà de Windows 7, 8.1 ou 10, vous devriez pouvoir passer gratuitement à Windows 11 !

Toutefois, certains experts prédisent également l’arrivée d’un nouveau modèle économique : l’abonnement. Un modèle déjà utilisé pour la suite bureautique Microsoft 365 – anciennement Office 365 –, déclinée en plusieurs formules (pour les particuliers, les PME, les grandes entreprises et l’éducation) fonctionnant en mode cloud, via Internet, avec des enrichissements continuels. Si c’est le cas, ce serait une première pour un système d’exploitation. Mais il n’est pas certain que le grand public adhère à ce principe qui l’obligerait à payer Windows en permanence, même pour une somme modique… Là encore, wait and see. 

Quelle sera la compatibilité de Windows 11 ?

Encore une fois, il est pour l’heure impossible d’affirmer quoi que ce soit concernant la compatibilité du prochain Windows en l’absence de communication officielle de Microsoft. Toutefois, à en croire les testeurs de la préversion en circulation, Windows 11 ne semble pas plus exigeant que Windows 10 en termes de ressources matérielles : son utilisation s’avèrerait très fluide, même sur des machines virtuelles. Il devrait donc logiquement fonctionner sur le même type de configuration, avec de préférence 8 Go de mémoire vive (ou plus) et un SSD plutôt qu’un disque dur. Bien entendu, certaines fonctions – comme la reconnaissance faciale du système Hello – devrait imposer des composants compatibles – en l’occurrence, une webcam adaptée. Et il est probable que le système sache tirer parti de technologies récentes sur les processeurs et les circuits graphiques de dernière génération à travers des réglages et options spécifiques. Mais il paraît logique que Windows 11 ne se montre pas trop gourmand, pour pouvoir conquérir rapidement le parc de PC installés. Donc, selon toute vraisemblance, si votre ordinateur tourne déjà correctement avec Windows 10, vous devriez pouvoir passer à Windows 11 sans problème, quitte à faire l’impasse sur quelques nouveautés.

Idem côté logiciel. L’architecture interne ne changeant pas, toutes les applications fonctionnant sous Windows 10 devraient tourner sous Windows 11.

Vérifiez la compatibilité

Utilisez l’application Contrôle d’intégrité du PC pour savoir si votre PC actuel remplit les conditions requises pour exécuter Windows 11. Si tel est le cas, vous pouvez obtenir une mise à niveau gratuite lors de son déploiement. Télécharger ICI

Quelles sont les principales nouveautés de Windows 11 ?

Il est bien sûr trop tôt pour savoir exactement de quoi sera fait le prochain Windows. Mais la préversion de Windows 11 donne un petit aperçu de ce qui pourrait être intégré au futur système de Microsoft.

Disons-le tout net, il ne faut pas s’attendre à une révolution. Logique, dans la mesure où il faut maintenir une compatibilité avec les PC existants, et, surtout, ne pas rompre complètement avec les habitudes utilisateurs. Et sans préjuger des modifications profondes et invisibles qui peuvent être apportées aux fondations, la plupart des nouveautés concernent l’interface avec des changements d’ordre esthétique.

  • Ainsi, la barre des tâches, toujours présente, a été remaniée. Par défaut, le menu Démarrer, l’outil de recherche et les applications épinglées s’affichent désormais au centre, à la manière du Dock de macOS. Il est toutefois possible de revenir à une organisation classique, en alignant tout sur la gauche, comme dans Windows10. 
  • Le champ de recherche a disparu de la barre des tâches : il est remplacé par une icône de loupe, plus discrète. Son fonctionnement reste identique : il peut être utilisé aussi bien pour trouver du contenu local sur le PC (applications, documents, etc.) que pour effectuer une recherche sur le Web.
  • Comme il en était question depuis un moment, le menu Démarrer a subi une refonte complète. S’affichant par défaut au centre de l’écran, il est totalement débarrassé des tuiles héritées de Windows 8 et présente uniquement les applications épinglées, des suggestions et des éléments récents, et le bouton Marche-Arrêt. Un menu en haut à droite permet d’afficher toutes les applications installées sur le PC.
  • L’icône des Applications actives est remplacée par un bouton Affichage des tâches, qui permet d’afficher, comme auparavant, un carrousel des logiciels ouverts ainsi que le gestionnaire des bureaux virtuels.
  • Même s’ils ne sont pas complètement opérationnels dans la préversion, les widgets sont de retour, dans la lignée du wigdet Actualités arrivé il y a quelques semaines dans Windows 10. Ainsi, un bouton Widgets placé dans la barre des tâches permet d’afficher différents modules (météo, finances, résultats sportifs, actualités, etc.) en transparence par-dessus le reste de l’écran.
  • Comme Microsoft l’avait déjà laissé entrevoir, les icônes des applications et des fonctions système ont été modernisées, aussi bien dans la barre des tâches que le menu Démarrer et les fenêtres de l’Explorateur. De quoi se remettre au goût du jour. À noter que les icônes des dossiers sont désormais plus colorées, ce qui est appréciable pour les distinguer.

 

  • En plus de nouveaux thèmes, fonds d’écran, sons et animations, comme pour chaque version de Windows, on retrouve les modes clair et sombre, légèrement remaniés. Le mode sombre, de puis en plus prisé, gagne encore en élégance.  
  • Il semblerait que Microsoft ait fait de nets progrès en termes d’affichage. Ainsi, par rapport à Windows 10, Windows11 devrait mieux gérer l’affichage sur plusieurs écrans – sans s’emmêler les pinceaux comme cela arrive parfois. 
  • La mode est aux coins arrondis. Après Apple dans macOS 11 et Google dans Android 12, Microsoft sut la tendance et Windows 11 hérite de fenêtres légèrement arrondies. De la pure cosmétique, pour rester dans l’air du temps. L »Explorateur profite bien évidemment de cette retouche esthétique, mais s’enrichit également d’une fonction d’organisation des fenêtres qui semble héritée en partie de l’utilitaire Fancy Zones intégrés aux PowerToys. Ainsi, en passant le pointeur dans le coin supérieur droit d’une fenêtre, une bulle apparaît permettant de choisir une façon d’organiser le placement sur l’écran. Une nouvelle habitude à prendre. Enfin, et surtout, il semblerait que Windows 11 conserve la taille et la position des fenêtres ouvertes après extinction du PC – comme le fait macOS. Un vrai progrès, qui améliorerait considérablement le confort d’utilisation au quotidien.
  • Pour l’heure, les paramètres de Windows semblent inchangés. Et les vieux modules hérités des anciennes versions de Windows (Panneau de configuration…) semblent toujours présents. Espérons que Microsoft les fera évoluer dans la version finale…
  • Dans la préversion, Skype ne fait plus partie des applications installées par défaut dans Windows. Il semblerait que Microsoft ait décidé d’abandonner sa mythique solution de discussion audio et vidéo via Internet au profit d’une version spéciale de Teams, son outil de visioconférence professionnel, désormais décliné en version gratuite pour le grand public. Selon certains investigateurs, un bouton Meet & Chat placé par défaut sur la barre des tâches donnerait ainsi accès à ce service dans Windows 11. 
  • Le processus d’installation de Windows évolue, avec de nouvelles options de personnalisation. Il est ainsi possible, dès le premier démarrage, de préciser le cadre dans lequel on utilisera le PC (personnel, professionnel ou scolaire), chaque option définissant les paramètres accessibles et modifiables (dans certains cas, ils seront limités à un administrateur). Il est même possible de préciser l’usage du PC (jeu, création, familial…). À noter qu’une connexion Internet semblerait obligatoire pour installer complètement Windows 11. Microsoft a visiblement désactivé – ou du moins, bien caché – la possibilité de faire une installation locale comme pour Windows 10. À vérifier avec la version finale. 
  • Enfin, si l’on en croit les premiers tests effectués avec la préversion, il semblerait que Windows 11 soit plus rapide que Windows 10. À configuration identique, les analystes ont ainsi relevé un gain de vitesse d’environ 10 % sur les benchmarks les plus réputés, qui simulent des opérations coutantes. Certes, la différence n’est pas énorme, mais elle peut s’avérer sensible dans certains usages, et notamment les jeux. Selon plusieurs sources, Microsoft aurait optimisé le code de Windows 11 pour tirer un meilleur parti des composants, et en particulier des futurs processeurs d’Intel – connus sous le nom de code Alder Lake – qui, comme par hasard, devraient également sortir à l’automne 2021. Principale caractéristique : l’implantation de l’architecture appelée big.LITTLE, une technologie héritée du monde ARM qui combine des cœurs hautes performances et de cœurs basse consommation, formant ainsi des processeurs qualifiés d’hybrides. Là encore, il faut attendre l’arrivée effective de Windows 11 pour vérifier les progrès en termes de performances sur des PC classiques.

On le voit, si l’on s’en tient à ce que la préversion propose, Windows 11 n’apporte pas grand chose de nouveau par rapport à Windows 10, si ce n’est quelques améliorations cosmétiques. Il paraît sage d’attendre la présentation officielle de Microsoft le 24 juin pour en savoir plus.

Windows 11 va exiger une webcam sur tous les ordinateurs portables à partir de 2023

Windows 11 révèle de nouveaux secrets. Nous apprenons que Microsoft va exiger que tous les ordinateurs portables sous cette version de l’OS soient équipés d’une webcam.

Microsoft a présenté la nouvelle version de son système d’exploitation , Windows 11, à l’occasion d’une conférence riche en informations. Mais forcément, la firme de Redmond n’a pas eu le temps d’évoquer tous les changements qui arrivent avec cette mise à niveau.

Une webcam HD au minimum sur les PC portables

En fouillant la documentation de Microsoft, Neowin est tombé sur les prérequis concernant les webcams des appareils propulsés par Windows. Si jusqu’ici les caméras frontales ou dorsales étaient optionnelles, la présence d’au moins une webcam à l’avant deviendra obligatoire à partir du 1er janvier 2023.

Les constructeurs tiers devront donc intégrer une webcam sur tous les laptops sous Windows 11 après cette date. La plupart des PC portables sont déjà proposés avec une telle fonctionnalité.

Microsoft précise que la webcam doit offrir une définition HD minimum, c’est-à-dire 1 280 x 720 pixels pour un ratio de 1:1. Les fonctions de balance des blancs et d’exposition automatiques doivent également être disponibles.

WordPress Cookie Plugin by Real Cookie Banner