News

Microsoft 365 : une hausse de 20 % sur les abonnements mensuels fait grincer des dents partenaires et clients

 

A la hausse des tarifs sur Microsoft 365 prévues pour mars 2022 s’en ajouterait une autre de 20 % sur l’abonnement mensuel aux suites bureautiques et collaboratives de l’éditeur.

On savait déjà qu’en mars 2022, Microsoft allait augmenter les tarifs de Microsoft 365. C’est en effet officiel depuis le 19 août. Jared Spataro, le vice-pésident de Microsoft 365 chez Microsoft Corp. annonçait sur son blog la hausse des prix des versions Saas de l’offre bureautique Microsoft 365 (ex-Office) et Office 365. 

Microsoft 365 Business Basic passera ainsi de 5 à 6 dollars par utilisateur et par mois, Microsoft 365 Business Premium de 20 à 22 dollars, Office 365 E1 de 8 à 10 dollars, Office 365 E3 de 20 à 23 dollars, Office 365 E5 de 35 à 38 dollars et Microsoft 365 E3 de 32 à 36 dollars.

Une hausse sur les abonnements mensuels, mais pas annuels

Mais voici que se propage une autre nouvelle, relayée par CNBC : les partenaires de Microsoft ont été informés que les organisations payant au mois pour ses suites bureautiques et collaboratives verront une augmentation de 20 %. Une hausse qui ne concernerait pas les abonnements annuels – une façon de contraindre les entreprises à passer à un engagement sur un an, ce qui offre davantage de visibilité à Microsoft sur ses ressources financières ?, mais offre moins de flexibilité aux clients.

En 2022, Microsoft va déployer ce qu’il appelle la nouvelle expérience commerciale pour Office (New Commerce Experience for Microsoft 365), réorganisant la façon dont les clients achètent ses logiciels via des partenaires commerciaux.

Une pétition lancée par Axiom Tech est en cours sur Change.org pour faire annuler cette augmentation de prix. 1 575 personnes l’ont signée ce mercredi matin. « Les abonnements mensuels sont inestimables pour nos clients car ils permettent d’augmenter ou de diminuer le nombre de licences en fonction de leurs besoins. Les abonnements mensuels ont également été un outil précieux pour aider à réduire les coûts pendant le Covid-19 et d’autres événements économiques », explique l’entreprise. A ses yeux, cette hausse de 20 %, qui s’ajoute à celles prévues en mars est « de nature presque punitive. »

 

WordPress Cookie Plugin by Real Cookie Banner